Anticorps du CGRP pour traiter le Cluster Headache

Commençons par y mettre un peu de français :

CGRP = Calcitonin Gene-Related Peptide => PRGC = Peptide Relié au Gène Calcitonine

—  Et tu crois que ça va aider ça, gamin ? !
—  Silence Raoul !

Nous avons donc : Anticorps du peptide relié au gène calcitonine.
Et nous voilà avec quatre mots sur sept à expliquer pour être compris.

—  … avant de commencer les explications, lol !
—  Silence Raoul !


Anticorps :

anticorps
Les anticorps neutralisent les antigènes (en rouge) et les empêchent d’atteindre les récepteurs de la cellule (en bleu)

Substance défensive fabriquée par l’organisme en présence d’un antigène dont elle neutralise l’effet toxique.

—  … MDR ! Tu as déjà perdu des lecteurs, lol !
—  Si tu m’interromps sans arrêt, ça ne va pas aider, hein !

Bon, pour faire simple, disons qu’il s’agit d’une substance dans notre organisme (soldat ami) qui va “lutter” contre une autre substance dans notre organisme (soldat ennemi). Ils peuvent le faire soit en les neutralisant, soit en bloquant leurs récepteurs.
Ainsi, l’anticorps du peptide relié au gène calcitonine va lutter contre ce peptide.

—  Aah, un peu comme un antivirus qui s’attaque à un virus ?
—  Pas tout à fait mais c’est l’idée ! Je vois que tu suis Raoul !
—  … reste “peptide relié au gène calcitonine” ! C’est quoi ce charabia ?
—  J’y viens, j’y viens …


Peptide :

Un peptide est un polymère d’acides aminés reliés entre eux par des liaisons peptidiques.

—  “Le chat mange la souris”. “La souris est mangée par le chat”.
—  Pardon Raoul ?
—  Oh, rien à voir, j’essaye juste de faire des phrases simples pour soulager le lecteur …
—  Pffff … Je continue …

 

Polymère :

Fluorocarbone
Fluorocarbone : polymère constitué de la répétition du groupe Fluor-Carbone-Fluor. Utilisé pour remplacé le nylon comme fil de pêche.

Un polymère est une très grosse molécule constituée de la répétition de nombreuses sous-unités.
Dans notre monde moderne on en connait beaucoup : Les plastiques, les colles, les vinyls, les polyesters, les silicones, etc.

Mais ceux qui nous intéressent font partie des polymères naturels, comme le bois, le caoutchouc, l’amidon, les hormones, les protéines, les acides nucléiques : ADN et ARN et, dans le cas présent, les acides aminés.

—  —Ok-Bon-Ok-Bon-Ok-Bon-Ok—
—  —Bien-Raoul-Bien-Raoul—

Acides aminés :

Chaque acide aminé est constitué d’une fonction amine, d’une fonction acide et d’une chaîne latérale (R) variable

Les acides aminés sont des molécules qui entrent dans la composition des protéines.
Leur nom provient du fait qu’ils possèdent une fonction amine (NH2), et une fonction acide carboxylique (COOH). Ils se distinguent par leur chaîne latérale, R, qui peut être un simple atome d’hydrogène (la glycine), ou être bien plus complexe.

Il existe une centaine d’acides aminés, mais seuls 22 sont codés par le génome des organismes vivants.

—  Là on a perdu des lecteurs, c’est sûr !
—  Non Raoul, tu vas voir qu’à la définition “regroupée” suivante, ça devient compréhensible.

Peptide = Polymère d’acides aminés :

Un peptide est donc une grosse molécule constituée d’une chaîne de plusieurs acides aminés.

—  Tu es sûr qu’on a encore des lecteurs ?
—  Maiiiis oui ! T’inquiète !

Les peptides comportant deux acides aminés (comme l’aspartame) sont nommés dipeptides. Ceux comportant trois acides aminés sont nommés tripeptides. Généralement, lorsqu’ils sont plus longs, on parle simplement de peptides.

Les polymères comprenant un très grand nombre d’acides aminés sont nommés polypeptides.

Enfin, et là ça nous concerne, un neuropeptide est un peptide fabriqué par un neurone et le CGRP est un neuropeptide.


Calcitonine :

—  Allez ! la dernière pour la route !

La calcitonine est une hormone codée par un gène situé sur le chromosome 11 humain.
Et ce gène code aussi le PRGC = Peptide Relié au Gène Calcitonine ou CGRP.

—  D’où son nom un peu compliqué !
—  Tu as tout compris, Raoul !


Le CGRP, oui mais où :

ganglion-trijumeau
Ganglion trigéminal noté “G”

Le CGRP est produit dans les neurones périphériques et centraux et, pour ces derniers, ceux qui nous intéressent sont situés dans le système vasculaire trigéminal, où les corps cellulaires du ganglion trigéminal sont la principale source du CGRP.

—  Donc le CGRP, c’est une espèce de truc pondu par des neurones à la demande d’un gène du chromosome 11 !
—  Bravo Raoul !
—  Décidément, là où il y a du gène, y’a pas d’plaisir …
—  Dans le cas présent, pas vraiment, effectivement …


Pourquoi un anticorps du CGRP pour traiter le Cluster Headache ?

—  Aah, fini les définitions, on attaque les explications !
—  Oui Raoul, on y est !

Constat numéro 1

Lors de crises de Cluster Headache ou Algie Vasculaire de la Face (AVF) provoquée par administration de nitroglycérine, on a mesuré une augmentation sensible du taux de CGRP dans le plasma sanguin.
Source : Increase in plasma calcitonin gene-related peptide from the extracerebral circulation during nitroglycerin-induced cluster headache attack.

Constat numéro 2

Lorsqu’on administre du CGRP à des patients souffrant de Cluster Headache ou Algie Vasculaire de la Face (AVF) on provoque des attaques chez les patients épisodiques en phase active et (un peu moins) chez les patients chroniques mais pas chez les patients épisodiques en phase de rémission.
Source : Effect of Infusion of Calcitonin Gene-Related Peptide on Cluster Headache Attacks: A Randomized Clinical Trial.

Hypothèse et études en cours

Et si le CGRP était à l’origine des crises de Cluster Headache ?

Il suffirait alors de fabriquer un anticorps du CGRP pour bloquer l’action de celui-ci et, enfin, libérer les patients de ces douleurs atroces !
Ce qu’on appelle les anticorps monoclonaux sont des produits de bio-ingénierie conçus pour se combiner à des cibles particulières dans le corps et modifier notre physiologie (la façon dont notre corps fonctionne). C’est une nouvelle façon de traiter des maladies.

Deux approches sont possibles :
Cibler l’antigène (on attaque le soldat ennemi) ou cibler son récepteur (on prend sa place).

A ce jour nous avons quatre anticorps monoclonaux du CGRP ou de son récepteur en test phase 3 (migraine et/ou Cluster Headache) :

Un des avantages des anticorps monoclonaux inhibiteurs du CGRP est leur bonne tolérabilité.
Les effets secondaires sont principalement reliés à la douleur au point d’injection.
On oublie donc les effets secondaires courants comme un gain de poids, de la somnolence ou des difficultés cognitives ou problèmes cardiovasculaires. Aucun de ces effets n’a été signalé avec les anticorps monoclonaux du CGRP.


Remarque importante :

Dans les études ci-dessus, parmi celles concernant les patients souffrant de Cluster Headache, certaines sont terminées mais aucune n’a encore de résultats définitifs publiés.
Seuls des articles faisant états de résultats intermédiaires existent !
Ils semblent encourageant pour les Cluster Headaches épisodiques mais peu encourageant pour les Cluster Headache chroniques.

A suivre …

—  Merci m’sieur !
—  De rien Raoul ! A bientôt !